Nouveau coronavirus: Les directrices et directeurs cantonaux de la santé saluent l’assouplissement des mesures par étapes

16 avril 2020

Les mesures du Conseil fédéral contre la propagation du coronavirus et pour la protection des personnes particulièrement vulnérables font effet. La Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé (CDS) considère comme viable l’assouplissement par étapes présenté ce jour par le Conseil fédéral. Afin que les établissements médicaux ne soient pas submergés, la sortie ne pourra en effet se réaliser qu’à pas bien mesurés.

Les mesures en vigueur servent à préserver la santé de la population. Cette protection passe avant tout, même si l’assouplissement doit aussi prendre en compte les effets économiques et sociaux.La CDS estime qu’il est important de séparer chaque étape par un intervalle d’une bonne quinzaine de jours. C’est le seul moyen de constater les effets d’un assouplissement sur le nombre de nouvelles infections. Il est tout aussi primordial de continuer de respecter les mesures d’hygiène et les règles de distance. La CDS soutient en outre des mesures d’accompagnement supplémentaires telles que l’utilisation facultative d’une application permettant le suivi anonymisé des contacts humains en lien avec un traçage standardisé (dit contact tracing) ainsi que le développement des tests de dépistage. Les cantons devront engager les préparatifs nécessaires dans ce but. Il est indispensable que la Confédération assortisse de directives claires et uniformes les concepts de protection qui accompagnent l’assouplissement graduel des mesures. À défaut, les branches, exploitations et établissements se verraient confrontés à de grandes incertitudes.

L’assouplissement en cascade débute avec la normalisation des soins de santé. Depuis le 17 mars, il est interdit aux hôpitaux et aux établissements de santé d’effectuer des interventions médicales qui ne sont pas urgentes. Cette interdiction sert à endiguer la propagation du virus et à protéger les ressources du système de santé. Toutefois, elle risque de générer des séquelles et des coûts en raison de traitements non avenus et occasionne aussi d’importantes pertes de revenus pour les hôpitaux et les cabinets médicaux. Les cantons s’emploieront afin que les hôpitaux soient prêts, après la reprise des interventions électives également, à maîtriser une éventuelle recrudescence des hospitalisations liées au COVID-19, que ce soit par le maintien de capacités de réserve ou par leur mise à disposition à bref délai.

La CDS se prononce nettement en faveur d’une démarche uniforme dans l’ensemble du pays et contre des mesures d’assouplissement différentes d’un canton à l’autre ou d’une région à l’autre. Le Conseil fédéral devrait cependant permettre aux cantons particulièrement touchés de maintenir, sur une durée limitée, les mesures en vigueur.

 

Renseignements

Heidi Hanselmann, présidente du Conseil d’État, présidente de la CDS, 079 778 23 44

Michael Jordi, secrétaire général de la CDS, 031 356 20 20, michael.jordi@gdk-cds.ch

Tobias Bär, responsable communication CDS, 031 356 20 39, tobias.baer@gdk-cds.ch